mercredi 22 mars 2017

Printemps


                  Étonnement blanc
                  Éclosion d'un même nouveau
                  La joie vole au vent



             


vendredi 17 mars 2017

Ailleurs autrefois perdu



Bernard Plossu




              L'enfance c'est de la joie vive
              un ailleurs autrefois perdu
              une cour de récréation 
              accolée à une église 
              
              des cris résonnent
              en haut des fiers créneaux

              Sous les pieds 
              un tapis d'odeur musqué                                           des instantanés inscrits 
              au cœur d'un quartier usé

         le cœur de la fleur d’acacia bu
         un savoir ancien pénètre
         les interstices d'un éternel présent                              le coq a renversé la pendule        

              Les chevaux trépignaient
              ils fracturaient les murs
              ils ouvraient l'espace

                                      Des doigts crochus 
              éventrent l'oreiller
                                      la joie s'est maintenue
              la joie vole au vent
              la joie a décampé
              ailleurs autrefois perdue


Photo: Bernard Plossu







  • jeudi 9 mars 2017

    Nietzsche à Venise



    "Alors que le chemin de fer traverse le tunnel du Saint-Gothard, Nietzsche se met alors à chanter un chant merveilleux, d'une mélodie vraiment étrange, qui n'est autre que son dernier poème intitulé         


                               Venise...




    "Accoudé au pont,
     j'étais debout dans la nuit sombre
     Quand, de loin, un chant vint jusqu'à moi
     Des gouttes d'or ruisselaient
     Sur la surface de l'eau,
     Gondoles, lumière, musiques,
     Tout cela flottait dans l'ivresse du 
     crépuscule...



    ...Mon âme comme un luth pincé 
       par une main invisible
       Chantait pour elle même,
       tremblante d'une béatitude diaprée..."





    "...Mais quelqu'un l'écoutait-il ?"









    "Finalement,personne ne peut tirer des choses, y compris des livres, plus qu'il n'en sait déjà. Ce à quoi l'on n'a pas accès par une expérience vécue, on n'a pas d'oreilles pour l'entendre" (Fédérich Nietzche)



    D'après le livre de Frédéric Pajac
    L'immense solitude PUF 1999
    Dessins de Frédéric Pajac




    vendredi 24 février 2017

    Abandon




                                          on a laissé traîner ses guêtres
                  dans le chemin
               Espoir
                  on a laissé ses pensées
                  se dérouler sans suite
                  on a trop tardé à l'action
                  laissé au pouvoir de l'inertie
              le désir
                  l'abandon nous entoure
                  de son linceul gris
                  sans violence
                  sans souffrance
                  comme la fleur se fane
              à son heure


                  vois ces oiseaux
                  dans ce ciel nocturne
                  ont-ils abandonné
                  la pesanteur
                  alors qu'il nous faudra, 
              nous
                  lâcher la terre
                  pour l'apesanteur
                  s'envoler
                  laisser ce corps 
                  trop lourd

    jeudi 16 février 2017

    inversion






                    sous les nénuphars
                la fine pointe du ciel
                réduite au silence


    vendredi 10 février 2017

    Chemin




    Chemin faisant, le chemin nous fait, cet adage souvent proné dans les quêtes spirituelles où ce qui compte ce n'est pas le but mais le chemin de transformation, l'ascèse, je le ressens aussi dans la randonnée où littéralement le chemin me transporte, m'ouvre des portes. Chaque pas est différent du précédent, chaque pas me donne à vivre un autre moi-même. Les paysages changent, mes pensées vagabondent, suivent et se transforment en simultanée. De l'obscurité des forêts, de la fougue des côtes océanes, du noir basaltique de la roche à la couleur fauve des bruyères, du rouge des coquelicots à la lumière jaune des fleurs de genets, mes sentiments vont de la mélancolie à la joie. Je passe de la pesanteur de la terre à la légèreté des ciels azurés, de la tristesse des ombres du soir, à la tranquille sérénité des nuages opales, de la douceur d'une violette à la flamboyance des boutons d'or. Parfois si lourds les pas, mais parfois l'âme esmuciée* de notre corps crie d'un bonheur tendu comme une corde, un cri tellement intensément silencieux que ça pourrait nous faire mourir.

      *esmucié  mot datant de l'époque médiéval
       signifie sauver glisser échapper