jeudi 16 février 2017

inversion






                sous les nénuphars
            la fine pointe du ciel
            réduite au silence


vendredi 10 février 2017

Chemin




Chemin faisant, le chemin nous fait, cet adage souvent proné dans les quêtes spirituelles où ce qui compte ce n'est pas le but mais le chemin de transformation, l'ascèse, je le ressens aussi dans la randonnée où littéralement le chemin me transporte, m'ouvre des portes. Chaque pas est différent du précédent, chaque pas me donne à vivre un autre moi-même. Les paysages changent, mes pensées vagabondent, suivent et se transforment en simultanée. De l'obscurité des forêts, de la fougue des côtes océanes, du noir basaltique de la roche à la couleur fauve des bruyères, du rouge des coquelicots à la lumière jaune des fleurs de genets, mes sentiments vont de la mélancolie à la joie. Je passe de la pesanteur de la terre à la légèreté des ciels azurés, de la tristesse des ombres du soir, à la tranquille sérénité des nuages opales, de la douceur d'une violette à la flamboyance des boutons d'or. Parfois si lourds les pas, mais parfois l'âme esmuciée* de notre corps crie d'un bonheur tendu comme une corde, un cri tellement intensément silencieux que ça pourrait nous faire mourir.

    *esmucié  mot datant de l'époque médiéval
     signifie sauver glisser échapper





vendredi 3 février 2017

Espace blanc





           Ils se parlent à eux-mêmes
           dans un champ blanc
           autour d'eux le silence 
           et l'absence

           Ils se parlent à eux-mêmes
           face au vent 
           croyant parler à leurs proches
           ils lancent leurs voix
           dans le vide
           rien ne répond

           Ils soliloquent
           comme des fous errants
           tournants dans la tourmente
           ils hurlent quand la burle 
           les prend
         
           Ils inventent des contes
           des histoires des mythes
           pour redonner vie aux morts
           seul le silence 
           les étreints les étreints

           Ils continuent l'autosuggestion 
           hypnotique pour ne pas perdre
           leurs disparus
           ça les maintient là
           quelque part
           nulle part
           c'est un blanc 
           dans leur tête

jeudi 26 janvier 2017

Lumière






                                          Lumière toujours 
                     et malgré les ombres
                     lumière qui traverse 
                     la matière noire
                                                  lumière
                                                  où je retrouve 
                                                  une présence
                                                  indicible



vendredi 20 janvier 2017

Pour qui sonne le glas

Véritable portrait de Monsieur Ubu, par Alfred Jarry (1896).

Véritable portrait de Monsieur Ubu par Alfred Jarry. Bois de 74 sur 113 mm, publié dans le livre d'art, n°2, le 25 avril 1896,dans l'édition originale d'Ubu Roi et la Revue Blanche du 15 août 1896.


                    Pour qui sonne le glas?
                    mais pour nous!
                    qui voyons atterrés
                    le reflet déformé
                    de nos lâchetés
                    dans le miroir
                    aux alouettes.
               
                    Il a tant gonflé 
                    ce reflet
                    ce faux désir 
                    aux allures de prince 
                    machiavélique,
                    il a tant enflé
                    qu'on dirait Ubu revenu,
                    
                    l'absurdité du monde 
                    où la finance
                    s'est substituée 
                    à la pensée.

               Pour qui sonne le glas?
               mais pour nous!
               et je regarde terrifié
               celui qui s'avance masqué
               dans la toute puissance
               écrasant de son piédestal
               l'intelligence la générosité 
               l'humanisme l'altruisme.

               Il reste la résistance 
               mais qui a encore des forces
               devant cette violence légale
               aussi implacable

               le peuple a parlé
               le peuple a voté
               pour celui qui se prenait
               pour sa propre statue.




"Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne."
John Donne – Aucun homme n’est une île (No Man is an Island, 1624)




dimanche 15 janvier 2017

Désir de fleurs




si vous souhaiter plus d'infos sur cet excellentissime groupe de rock-pop
allez  ICI

ou écouter leur dernier CD

géographie du hasard

album

jeudi 12 janvier 2017

le fil d'argent






                   Suivre le fil d'argent;
                   de chez soi vers l'infini
                   faire l'aller retour.