lundi 26 septembre 2016

C'était l'été





               lorsque le vent
               dans les branches du tilleul
               fait un bruit de mer

               lorsque la musique 
               de Debussy berce
               le temps de douceur

               alors mon âme 
               vogue tranquille
               sur des ondes 

               impalpables

               où se mêlent le son l'air
               la couleur pastel du ciel
               et des nuages légers

               glissent comme des voiles
               voiles de bateau
               sur une mer imaginaire

               des ailes d'anges me frôlent
               des plumes célestes 
               me font dériver

               dans cette ville océane
               prendre le chemin d'Angoulin
               sentir le varech et la vase
         
               les embruns marins 
               m'envahissent
               jusqu'à la nausée

               un jour d'été 

lundi 19 septembre 2016

samedi 10 septembre 2016

Écrire




"Les dogmes ne sont pas des règles mathématiques reçues une fois pour toute et appliquées mécaniquement. Ils doivent devenir en quelque sorte des prises de conscience. Des intuitions, des émotions,  des expériences morales qui ont l'intensité d'une expérience mystique, d'une vision. Mais cette intensité spirituelle et affective se dissipe très vite. Pour la réveiller il ne suffit pas de relire ce qui a déjà été écrit. Les pages écrites sont déjà mortes. Les pensées de Marc Aurèle ne sont pas faites pour être relues. Ce qui compte c'est de formuler à nouveau, c'est l'acte d'écrire, de se parler à soi-même dans l'instant, dans tel instant précis où l'on a besoin d'écrire. C'est aussi de composer avec le plus grand soin, de chercher la version, qui sur le moment produira le plus grand effet, en attendant de se faner presque instantanément à peine écrite. Les caractères tracés sur un support ne fixent rien tout est dans l'action d'écrire. "

Texte de Pierre HAdot, extrait du livre: La  Citadelle intérieure

vendredi 2 septembre 2016

Immensité






                                                   quelle immensité 
                   devant moi s'étire s'étire
                                                   la vie infinie


                               

samedi 27 août 2016

Silence

                                                      
                                                           Noce de l'eau et du feu
                                                      
                                                           l'air  la lumière
                                                           infiltrent  le creusement

                                                           voix des frères humains
                                                           dans une ville mienne
            
                                                           recherche d'une verticalité
                                                           entre terre et ciel

                                                           effacement de la vie profonde
                                                           dans les objets du quotidien
                                                      
                                                            des nuages à pleine brassée
                                                            me saluent
                                                      
                                                            il reste le poème oublié

                                                            à écrire 


vendredi 19 août 2016

Effacement




      Je me redresse avec effort
        il y a trois lumière, dirait-on.
        Celle du ciel, celle qui de la-haut
        s'écoule en moi, s'efface,
        et celle dont ma main trace l'ombre sur la page.


                 L'encre serait de l'omb
re.

                 

                 Ce ciel qui me traverse me surprend.
       
       
       On voudrait croire que nous sommes tourmentés
       pour mieux montrer le ciel. Mais le tourment
       l'emporte sur ces envolées, et la pitié
       noie tout, brillant d'autant de larmes
       que la nuit.


Philippe jacottet  "A la lumière d'hivers" 



vendredi 12 août 2016

La vie profonde






                  Être dans la nature ainsi qu'un arbre humain,
                  Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
                  Et sentir, par la nuit paisible et par l'orage,
                  La sève universelle affluer dans ses mains!

                  Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
                  Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
                  Et goûter chaudement la joie et la douleur
                  Qui font une buée humaine dans l'espace!

                  Sentir, dans son cœur vif, l'air , le feu et le sang
                  Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre.
                  S'élever au réel et pencher au mystère,
                  Être le jour qui monte et l'ombre qui descend.

                  Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
                  Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l'eau,
                  Et comme l'aube claire appuyée au coteau
                  Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise.


Anna De Noailles (1875-1933)  / Photo: arbre en Brocéliande