jeudi 19 avril 2018

Le quotidien en question





                les heures qui défilent
                nous harcèlent jusqu'au jour
                du consentement


lundi 9 avril 2018

et seulement




                     et  seulement    joie
                     sur la surface du lac 
                     une paix    sans ride


mardi 3 avril 2018

Esseulement


       
                           
                                               la raison s'arrête
                      ricoche sur les rives obscures
                      des nuits sans sommeil



lundi 26 mars 2018

Brisure










                                                                                                                  
         
      Consens à la brisure
      C'est là que germera
      Ton trop-plein de crève-cœur
      Que passera un jour
      À ton insu la brise
                       
       François Cheng




mercredi 21 mars 2018

Dossier M





Photo: dessin de Catherine Meurisse (du livre "La légèreté")




mardi 13 mars 2018

lucidité



Nietzche  portrait d'Edvard Munch 

"Les eaux de la religion sont en baisse et  laissent derrière elles des marécages où des  étangs; Les nations s'opposent de nouveau dans de vives hostilités et cherchent à se déchirer. Les sciences cultivées sans mesure et avec la plus aveugle insouciance, émiettent et dissolvent tout ce qui était l'objet d'une ferme croyance. Les classes civilisées et les états civilisés sont balayés par un courant d'affaires magnifiquement dédaigneux. Jamais siècle ne fut plus séculier plus pauvre d'amour et de bonté. Les milieux intellectuels ne sont plus que des phares au milieu de ce tourbillon d'ambition concrète. De jour en jour ils deviennent eux-mêmes plus instables, plus vides de pensée et d'amour, tout est au service de la barbarie approchante, tout y compris l'art et la science de ce temps."
                                    
Nietzche: Considérations Inactuelles III  $ 4



   



            

samedi 3 mars 2018

Oracle



Tirer le fil. Partir. On ne voit pas où. L'ombre nous retient. Quoi dire. Quand l'abîme nous tient. Le vide où s'abîme l'âme. Je puise des mots dans un sac posé là. Je regarde ce que l'oracle va dire dans le face à face avec soi. Là où ombre et lumière se livrent un combat sans fin. Je n'ai pas la force de Jacob. Depuis il boite de la hanche, moi je perds pieds, je balbutie de la langue. Le doute m'accompagne. Un jour je me suis créé un dieu très bon - très beau qui me soutenait quand je tombais. Né de mon inconscient il est retourné dans l'ombre. Ce sont les forces de vie qui font avancer. Je tire encore un fil j'entends la musique de Shéhérazade de Rimsky-korsakov et tu es là.  Les ondes sonores rejoignent les ondes mémorielles, raniment une présence paisible, un sourire lumineux . Ton regard rêveur distrait berce mes rêves. Je m'abandonne aux paysages des souvenirs, boisés, océaniques, verdoyant, des maisons refuges, des petites sculptures d'objet pauvres, des pierres déposées, des formes esquissées en noir et blanc avec les ombres autour qui laissent deviner la vie. Les collines s'éveillent devant moi, elles m'apprennent la patience, le passage humble des heures. Ça a le goût du bonheur. Donner vie aux mots. On  entre dans un lieu à soi, inaltérable, ouvert sur le mystère. On est habité par la force de l'arbre.